Dharma: une communauté de recherche.  Index du Forum Dharma: une communauté de recherche.
Partagez votre expérience du Dharma au travers de cette Sangha virtuelle en évitant toute tendance sectaire et en pronant le respect, la tolérance et l'ouverture.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les 5 connaissances surnaturelles

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dharma: une communauté de recherche. Index du Forum -> Traditions dans le Bouddhisme -> Mahayana, Zen, Chan
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Coeur de Loi


Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2008
Messages: 164
Localisation: France
Point(s): 167
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 19/07/2009 10:57:07    Sujet du message: Les 5 connaissances surnaturelles Répondre en citant

Extrait du soutra des fruits de la voie (Çamannaphalasutra) pour les 5 connaissances surnaturelles :

Les 5 connaissances surnaturelles :
1 - Le pouvoir de prendre la forme qu'on désire.
2 - Le pouvoir d'entendre quelque soit la distance les sons les plus faibles.
3 - Le pouvoir de connaître les pensées des autres.
4 - Le pouvoir de connaître toutes ses vies antérieures.
5 - Le pouvoir de connaître les vies antérieures des autres.

_____________

Extrait du discours des fruits de la voie

_____________

"... le religieux , dis-je, dirige son esprit, tourne son esprit vers la vue de la science, et voici comment il sait : "Ce corps qui m'appartient a une forme, il est composé des quatre grands éléments, produit de l'union de mon père et de ma mère, soutenu par des aliments tels que le riz et le gruau, passager, sujet à être écorché, frotté, coupé, détruit. Et cette intelligence qui m'appartient y est attachée, y est enchaînée."

Lorsque le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, perfectionné, purifié, exempt de souillure, débarrassé de tout vice, et cette intelligence qui m'appartient y est attachée, y est enchaînée, cela même lui est compté comme sagesse. C'est là, grand roi, un résultat général et prévu qui est et plus éminent et plus précieux que les autres résultats généraux et prévus dont il a été parlé précédemment.

_____________

Le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, arrivé à l'impassibilité, dirige son esprit, tourne son esprit vers l'action de créer en quelque façon sous ses yeux le Mana (l'organe de l'intelligence). Il se représente par la pensée un autre corps créé de ce corps matériel, corps ayant une forme, consistant dans le Mana, ayant tous et chacun de ses membres, ayant des organes dirigés vers l'action.

De même, grand roi, qu'un homme tirerait une flèche d'une tige de Mundja, et ferait cette réflexion : "Voici le Mundja et voici la flèche; autre est la tige de Mundja, autre la flèche; mais c'est de la tige seule du Mundja que la flèche est sortie"; de même, grand roi, qu'un homme tirerait un glaive du fourreau, et ferait cette réflexion : "Voici le glaive, voici le fourreau; autre est le glaive, autre le fourreau; mais c'est du fourreau seul que le glaive est sorti"; de même, grand roi, qu'un homme tirerait un serpent d'un panier, et ferait cette réflexion : "Voici le serpent, et voici le panier; autre est le serpent, autre le panier; mais c'est du panier seul qu'a été tiré le serpent".

De la même manière, grand roi, le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, perfectionné, purifié, exempt de souillure, débarrassé de tout vice, devenu souple, propre à tout acte, stable, arrivé à l'impassibilité, le religieux , dis-je, dirige son esprit, tourne son esprit vers l'action de créer en quelque façon sous ses yeux le Mana; il se représente par la pensée un autre corps créé de ce corps matériel, corps ayant une forme, consistant dans le Mana, ayant tous et chacun de ses membres, ayant des organes dirigés vers l'action. Cela même lui est compté comme sagesse. C'est là, grand roi, un résultat général et prévu qui est et plus éminent et plus précieux que les autres résultats généraux et prévus dont il a été parlé précédemment.

_____________

Le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, perfectionné, purifié, exempt de souillure, débarrassé de tout vice, arrivé à l'impassibilité, le religieux , dis-je, dirige son esprit, tourne son esprit vers la mise en action des facultés magiques. Il tente la pratique des facultés surnaturelles dont les effets sont divers; quoique unique, il se multiplie sous plusieurs formes; quoique s'étant multiplié, il devient unique; il apparaît; il disparaît; il passe sans être arrêté au travers d'un mur, d'un rempart, d'une montagne, comme il ferait dans l'air; il plonge et replonge dans la terre, comme il ferait dans l'eau; il marche sur l'eau sans enfoncer, comme il ferait sur la terre; il s'avance à travers les airs, les jambes ramenées sous son corps, comme ferait un faucon aux grandes ailes; il atteint et touche de la main les deux astres du soleil et de la lune si puissants, si énergiques; il atteint avec son corps même jusqu'au monde de Brahmâ.

De même, grand roi, qu'un habile potier, ou que l'aide habile d'un potier, qui, une fois son argile préparée convenablement, saurait en faire tel ou tel vase qu'il voudrait; on encore de même qu'un habile ouvrier en ivoire, ou l'aide habile de cet ouvrier, une fois son ivoire préparé convenablement, saurait lui donner telle forme qu'il désirerait; de même qu'un habile orfèvre, pu que l'aide habile d'un orfèvre, une fois son or préparé convenablement, saurait lui donner telle forme qu'il désirerait.

De la même manière, grand roi, le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, arrivé à l'impassibilité, dirige son esprit, tourne son esprit vers la mise en action des facultés magiques, il atteint avec son corps même jusqu'au monde de Brahmâ. Cela même lui est compté comme sagesse. C'est là, grand roi, un résultat général et prévu qui est et plus éminent et plus précieux que les autres résultats généraux et prévus dont il a été parlé précédemment.

_____________

Le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, arrivé à l'impassibilité, dirige son esprit, tourne son esprit vers l'élément de l'ouïe divine. Avec cet élément de l'ouïe divine parfaitement pure, qui surpasse l'ouïe humaine, il entend ces deux espèces de sons, les sons divins et les sons humains, ceux qui sont éloignés comme ceux qui sont rapprochés. De même, grand roi, qu'un homme qui serait en route entendrait le son du tambour, celui du tambourin d'argile, celui de la conque, du tambour de guerre, de la timbale, et ferait cette réflexion : "Voici le son du tambour, voici celui du tambourin d'argile, voici celui de la conque, du tambour de guerre, de la timbale."

De la même manière, grand roi, le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, entend ces deux espèces de sons, les sons divins et les sons humains, ceux qui sont éloignés, comme ceux qui sont rapprochés. Cela même lui est compté comme sagesse. C'est là, grand roi, un résultat général et prévu qui est et plus éminent et plus précieux que les autres résultats généraux et prévus dont il a été parlé précédemment.

_____________

Le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, arrivé à l'impassibilité, dirige son esprit, tourne son esprit vers la connaissance, de l'esprit des autres. Pénétrant avec son esprit l'esprit des autres êtres, des autres individus, il le connaît, qu'il soit passionné, et il se dit : "Voilà un esprit passionné"; ou bien qu'il soit exempt de passion, et il se dit : "Voilà un esprit exempt de passion"; qu'il soit entaché de péché ou exempt de péché, livré à l'erreur ou libre d'erreur, concentré ou dispersé, ayant un grand but ou n'ayant pas un grand but, inférieur ou supérieur, recueilli ou non recueilli, affranchi, et il se dit : "Voilà un esprit affranchi"; ou non affranchi, et il se dit : "Voilà un esprit non affranchi".

De même, grand roi, qu'une femme ou un homme encore enfant, encore jeune, dans l'âge où l'on aime à se parer, qui verrait son visage soit dans un miroir pur et brillant, soit dans un vase plein d'une eau transparente, et qui reconnaissant qu'il a ses boucles d'oreilles, se dirait : "J'ai mes boucles d'oreilles"; ou qui voyait qu'il ne les a pas se dirait : "Je n'ai pas mes boucles d'oreilles".

De la même manière, grand roi, le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, se dit : "Voilà un esprit non affranchi". Cela même lui est compté comme sagesse. C'est là, grand roi, un résultat générai et prévu qui est et plus éminent et plus précieux que les autres résultats généraux et prévus doit il a été parlé précédemment.

_____________

Le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, arrivé à l'impassibilité, dirige son esprit, tourne son esprit vers la connaissance distincte et le souvenir de ses anciennes demeures. Il se rappelle ses anciennes demeures qui ont été nombreuses; par exemple une existence, deux existences, trois existences, cinq, dix, vingt, trente, quarante; cinquante, cent, mille, cent mille existences, des existences en nombre égal à plusieurs périodes de destruction (salhvaita kalpa), à plusieurs périodes de reproduction (vivatta kalpa), à plusieurs périodes de destruction et de reproduction.

"J'étais là, j'avais un tel nom, j'étais d'une telle famille, d'une telle caste, je prenais tels aliments, j'éprouvais tel plaisir et telle peine; ma vie eut une telle durée; sorti de ce monde par la mort, je naquis de nouveau en tel endroit; je fus là, ayant tel nom, telle famille, telle caste, prenant tels aliments, éprouvant tel plaisir et telle peine, ayant une existence de telle durée; sorti par la mort de cette situation, je naquis de nouveau en tel endroit" : c'est ainsi qu'il se rappelle ses anciennes demeures qui ont été nombreuses, avec leurs caractères et leurs particularités.

De même, grand roi, qu'un homme qui de son village irait dans lin autre village, de ce dernier village dans un autre encore, puis qui du dernier village reviendrait dans le sien, et ferait cette réflexion : "De mon village je suis allé dans cet autre village; je m'y suis arrêté ainsi; je m'y suis assis de cette manière; j'y ai parlé ainsi; j'y ai gardé le silence en telle occasion; de ce village je suis allé dans cet autre; là aussi je me suis arrêté ainsi; je m'y suis assis de cette manière; j'y ai parié ainsi; j'y ai gardé le silence en telle occasion; maintenant je mis revenu de ce village dans le mien".

De là même manière, grand roi, le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, se rappelle ainsi ses anciennes demeures qui ont été nombreuses, avec leurs caractères et leurs particularités. Cela même lui est compté, comme sagesse. C'est là, grand roi, un résultat général et prévu qui est et plus éminent et plus précieux que les autres résultats généraux et prévus dont il a été parlé précédemment.

_____________

Le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, arrivé à l'impassibilité, dirige son esprit, tourne son esprit vers la connaissance de la mort et de la naissance des créatures. Avec sa vue divine, pure, surpassant la vue humaine, il voit les êtres mourants ou naissants, misérables ou éminents, beaux ou laids de couleur, marchants dans la bonne ou dans la mauvaise voie, suivant la destinée de leurs oeuvres.

Ces êtres-ci, se dit-il, pleins des fautes qu'ils commettent en action, en parole et en pensée, qui injurient les Vénérables, qui suivent des doctrines de mensonge, qui agissent conformément à ces doctrines de mensonge, ces êtres, les voilà qui après la dissolution du corps, après là mort, sont nés dans les existences misérables, dans la mauvaise voie, dans un état de déchéance, dans l'enfer.

Ces êtres-là, d'un autre côté, doués des bonnes œuvres qu'ils accomplissent en action, en parole, en pensée, qui n'injurient pas les Vénérables, qui suivent la bonne doctrine, qui agissent conformément à la bonne doctrine, ces êtres, les voilà qui après la dissolution du corps, après la mort, sont nés dans la bonne voie, dans le monde du ciel; c'est ainsi qu'avec sa vue divine surpassant la vue humaine, il voit les êtres mourants, naissants, misérables ou éminents, beaux ou laids de couleur, marchants dans la bonne ou dans la mauvaise voie, suivant la destinée de leurs œuvres.

De même, grand roi, que s'il se trouvait un palais élevé au milieu d'un carrefour, et que sur ce palais se tînt debout un homme doué de vue, et qu'il vît les gens entrants dans leurs maisons, ou en sortants, ou marchants sur la grande route et dans la rue, ou assis au milieu du carrefour, et qu'il fit cette réflexion : "Voici des hommes qui entrent dans leur maison; en voici qui en sortent; en voici d'autres qui marchent sur la grande route et dans la rue, ceux-ci enfin sont assis au milieu du carrefour".

De la même manière, grand roi, le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, voit les êtres mourants, naissants, misérables ou éminents, beaux ou laids de couleur, marchants dans la bonne ou dans la mauvaise voie, suivant la destinée de leurs œuvres. Cela même lui est compté comme sagesse. C'est là, grand roi, un résultat général et prévu qui est et plus éminent et plus précieux que les autres résultats généraux et prévus dont il a été parlé précédemment.

_____________

Le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, arrivé à l'impassibilité, dirige son esprit, tourne son esprit vers la science de la destruction des souillures du vice; il connaît telle qu'elle est la douleur, et il se dit : "Voici la douleur; ceci est la production de la douleur; ceci est la cessation de la douleur; ceci est le degré qui conduit à la destruction de la douleur"; il connaît, telles qu'elles sont, les souillures du vice, et il se dit : "Voici les souillures du vice; ceci est la production des souillures du vice; voici la cessation des souillures du vice; voici la voie qui conduit à la cessation des souillures du vice". Quand il voit ainsi, quand il connaît ainsi, son esprit est délivré des souillures du désir, de celles de l'existence, de celles de l'ignorance.

Une fois que son esprit est délivré, sa science est celle-ci : "L'existence est épuisée pour moi; les devoirs de la vie religieuse sont accomplis; ce qui était à faire est fait; il n'y a plus lieu à revenir ici-bas". De même, grand roi, que s'il se trouvait dans une gorge de montagne un lac plein d'une eau transparente, pure et limpide, et qu'un homme doué de vue et debout sur ses bords y vit les vers et les coquilles, le sable et le gravier, les bandes de poissons qui s'y meuvent, ou qui y sont arrêtées, et qu'il fît cette réflexion : "Voici un lac plein d'une eau transparente, pure et limpide; voici les vers et les coquilles, le sable et le gravier, et les bandes de poissons qui s'y meuvent, ou qui y sont arrêtées"; de la même manière, grand roi, le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, il n'y a plus lieu à revenir ici-bas.

Lorsque le religieux voyant son esprit ainsi recueilli, il n'y a plus lieu à revenir ici-bas, cela même lui est compté comme sagesse. C'est là, grand roi, un résultat général et prévu qui est et plus éminent et plus précieux que les autres résultats généraux et prévus dont il a été parlé précédemment'. Il n'y a pas, grand roi, un autre résultat général et prévu qui soit et plus élevé et plus précieux que le résultat que tu viens d'entendre.

_____________

Cela dit, le roi du Magadha, Adjâtaçatru, fils de Vâidêhî, parla ainsi au Bienheureux : "Éminent, seigneur, éminent, en effet ! De même, seigneur, que si l'on redressait un objet renversé sens dessus dessous; si l'on découvrait une chose cachée, si l'on indiquait le chemin à un homme égaré, si l'on portait au milieu de l'obscurité une lampe à huile, et que les hommes qui ont des yeux vissent les formes, de même la loi m'a été expliquée par le Bienheureux de plusieurs manières différentes. Aussi me réfugié-je auprès du Bienheureux, auprès de la Loi, auprès de l'Assemblée. Consens, ô Bienheureux, à me recevoir comme fidèle, aujourd'hui que je suis arrivé devant toi, que je suis venu chercher un asile auprès de toi."
_________________
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 19/07/2009 10:57:07    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dharma: une communauté de recherche. Index du Forum -> Traditions dans le Bouddhisme -> Mahayana, Zen, Chan Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com